Le 4 juin dernier, la villa Eileen Gray a réouvert ses portes après une longue restauration entreprise par l’association Cap Moderne présidée par Michael LIKIERMAN, qui a permis de remettre la villa dans son état d’origine. 

Lieu emblématique de notre Riviera, j’ai souhaité mettre à l’honneur ce bijou d’ingéniosité, pensé par une Femme : l’architecte-décoratrice Eileen GRAY.

Construite entre 1926 et 1929, cette villa uniquement accessible par un sentier côtier, est un exemple type de l’architecture de moderniste des années 1930.

Fruit de l’imbrication des initiales d’Eileen GRAY et de Jean BODOVICI sont compagnon de l’époque, la villa est également appelée : Villa E-1027 : « E » de Eileen, « 10 » du J de Jean, « 2 » du B de Badovici et « 7 » du G de Gray ».

La maison est relativement petite mais tout y a été pensé dans les moindres détails de la construction, aux meubles fixes et à la décoration.

Après leur séparation en 1932, Jean BADOVICI y résidera jusqu’à sa mort. Proche de Le Corbusier, ce dernier réalisera diverses fresques dans la villa au cours de ses séjours. 

Eileen GRAY n’appréciait pas ses peintures, mais ironiquement, elles ont contribué à la conservation de la villa, lors des divers épisodes de restauration.

La villa, ainsi que les fresques et le jardin sont classés au titre des monuments historiques en 2000 et ont obtenu le label « Patrimoine du XXème siècle ». 

Cliquez ici pour plus d’informations