‼️ (PLFSS 2021) Le Gouvernement a présenté hier, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 devant la Commission des comptes de la Sécurité sociale. C’est un PLFSS à la fois de réponse à la crise et tourné vers l’avenir.
 
🔹Un PLFSS de réponse à la crise
Depuis le début de la crise épidémique, le Gouvernement accompagne les Français pour que personne ne reste au bord de la route.
 
➡️ Les dispositifs extrêmement coûteux mis en place par l’État (achats de masques, remboursements de tests, arrêts de travail, soutien au personnel soignant et à l’hôpital) ont eu pour objectif d’éviter une catastrophe économique et sociale.
 
➡️ Conséquence : en 2020, l’Ondam est prévu en hausse de 7,6%, contre +2,45% dans le PLFSS initial, voté en décembre 2019.
 
‼️ Les pertes de recettes liées à la conjoncture et les dépenses liées à la protection des Français dans la crise ont conduit à un déficit de la Sécurité sociale estimé à 44,4 milliards d’euros en 2020 (contre 5,4 Mds€ en 2019).
 
🔹Un PLFSS tourné vers l’avenir
 
➡️ Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 renforce de façon substantielle les droits sociaux des Français pour l’avenir.
➡️ La crise doit nous inciter à aller de l’avant, pour consolider et moderniser notre système de protection sociale.
➡️ L’objectif est de faire correspondre notre système de protection sociale aux attentes de nos concitoyens.
 
🔹Le PLFSS 2021 repose sur trois grands axes :
 
1️⃣ Gérer la crise sanitaire.
2️⃣ Adapter notre système de santé.
3️⃣ Octroyer de nouveaux droits sociaux.
 
🔹 Les mesures phares
 
➡️ Investir dans le système de santé
➜ 183 euros de plus pour les personnels des établissements de santé et des Ehpad.
➜ 19 milliards d’euros de soutien à l’investissement.
➜ Un système de financement des établissements de santé qui évolue.
➜ Des organisations innovantes : maisons de naissance, hôtels hospitaliers.
 
➡️ Protéger de l’épidémie de coronavirus
➜ Des financements inédits : 9,8 Mds€ en 2020 et de 4,3 Mds€ en 2021 de crédits supplémentaires. d’assurance maladie pour la gestion de crise.
➜ Des aides massives d’exonérations et de reports de cotisations sociales pour soulager les entreprises victimes du choc économique.
 
➡️ Conforter un nouveau risque de sécurité sociale : la perte d’autonomie
➜ Un financement autonome et solidaire.
➜ Un débat démocratique annuel sur les politiques de soutien à l’autonomie.
➜ Un cadre d’organisation pour préparer les mesures de la prochaine loi grand âge et autonomie.
 
➡️ Allonger le congé de paternité
➜ Un mois de congé de paternité, contre 14 jours actuellement.
➜ Un congé obligatoire pendant 7 jours immédiatement après la naissance.
➜ Un allongement pris en charge par la Sécurité sociale.
 
Plus d’infos ici