Depuis le début de la crise sanitaire, je suis pleinement mobilisée sur de nombreux sujets relatifs à la qualité de vie des habitants des Alpes-Maritimes, en s’assurant toujours que la santé des maralpins ne soit pas mise en péril.

Après être notamment intervenue pour que les professionnels des secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et plus largement du tourisme ne soient pas les « laissés-pour-compte » de cette crise, j’ai, avec d’autres députés La République en Marche, un courrier au Premier Ministre afin que l’accès des plages au public soit à nouveau possible dès le début du déconfinement, le 11 mai prochain, contrairement aux premières annonces faites par le Gouvernement.

Les plages et bords de Méditerranée font partie de « nos espaces naturels » comme la forêt, la campagne ou la montagne qui seront quant à eux accessibles dès la fin du confinement.

Cette mesure permettrait notamment aux habitants des Alpes-Maritimes de pouvoir pratiquer des activités sportives comme le paddle, le kayak de mer, la voile, la plongée, le footing ou même la marche à pieds en plein air.

Concernant les plages privées, Alexandra VALETTA-ARDISSON travaille depuis de nombreuses semaines avec le Gouvernement afin qu’elles puissent, à l’instar des bars, cafés et restaurants ouvrirent le plus rapidement possible et ce, dans le respect des précautions sanitaires nécessaires.

Les plages sont des espaces propices à la distanciation physique et nous devons faire confiance à nos concitoyens pour appliquer les gestes barrières et faire preuve de civisme et de responsabilité.

Si cela n’était pas le cas, et si la santé des françaises et des français était mise en danger, nous en tirerions les conclusions adéquates et nous pourrions les fermer de nouveau.