Hier le Président de la République a invité les partenaires sociaux afin de poursuivre le dialogue engagé pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire.

➡️ Lors de leurs derniers échanges, le 4 juin 2020, quatre thèmes prioritaires ont été fixés dans le cadre d’une nouvelle donne sociale :
▪️L’emploi
▪️L’insertion des jeunes
▪️La formation et la développement des compétences des salariés (le volet compétence du plan de relance)
▪️L’adaptation de l’assurance-chômage

Cette réunion marque l’aboutissement de la concertation menée par le Ministère du Travail pour préserver l’emploi. L’objectif est de mettre en place des solutions alternatives pour inciter les entreprises en sous activité à conserver leurs salariés plutôt que de supprimer des emplois.

 La France innove en créant un dispositif d’activité partielle de longue durée, parmi les plus protecteur au monde pour sauver des emplois. Dès le 1er juillet, il entrera en vigueur et sera accessible par accord de branche ou d’entreprise pour favoriser le maintien de l’emploi Voir détails ci-après. C’est un choix de confiance dans le dialogue social au plus près du terrain pour que syndicats et directions trouvent les meilleurs accords pour l’emploi.

 L’Etat financera 85% de l’allocation versée aux salariés (avec un plancher et un plafond) et jusqu’à 80% des dépenses de formation pour inciter l’entreprise à former les salariés pendant les heures chômées. C’est un dispositif durable, permettant de soutenir les emplois de 6 mois à 2 ans.

 L’activité partielle actuelle sera maintenue parallèlement jusqu’au 1er octobre et sera remplacée ensuite par un nouveau dispositif plus incitatif que ce qu’il était avant la crise sanitaire. Là aussi, l’Etat soutiendra la formation des salariés.

➡️ La France poursuit donc sa stratégie de soutien massif à l’emploi afin que la crise ne se traduise pas cette fois ci prioritairement par des suppressions d’emploi. L’engagement de l’Etat est total et de très haut niveau pour préserver l’emploi et soutenir le revenu des salariés.

 Cette démarche commune entre l’Etat et les partenaires sociaux va se poursuivre et il a été convenu que les concertations se poursuivront dès la semaine prochaine sur l’emploi des jeunes pour aboutir en juillet et proposer des mesures opérationnelles dès septembre

 En ce qui concerne les travailleurs détachés, la ministre du Travail réunira les partenaires sociaux la semaine prochaine pour mieux réguler le travail détaché et lutter plus efficacement contre la fraude.