En dépit de l’interdiction par la municipalité de Cap d’Ail de pouvoir participer, auprès des enfants et des autorités, à la cérémonie officielle d’accueil des drapeaux olympiques et paralympiques, j’ai tenu à être présente, même derrière des grilles !
Depuis sa défaite dès le 1er tour des élections législatives en 2017 face à Olivier Bettati et moi-même, le Maire de Cap d’Ail est le seul Maire des 33 communes de la 4ème circonscription des Alpes-Maritimes à ne jamais m’adresser la moindre invitation même pour des cérémonies patriotiques.
Pour moi, aujourd’hui, les valeurs des jeux olympiques auraient dû primer : 𝑙’𝑎𝑚𝑖𝑡𝑖𝑒́, 𝑙’𝑒𝑥𝑐𝑒𝑙𝑙𝑒𝑛𝑐𝑒 et le 𝑟𝑒𝑠𝑝𝑒𝑐𝑡.
Je constate qu’une fois de plus, comme lors du dévoilement de la plaque en l’honneur de Samuel Paty, au sein du groupe scolaire André Malraux, le Maire de Cap d’Ail n’a pas respecté le choix des électeurs de l’Est des Alpes-Maritimes en m’excluant totalement.
Cela fait plus de 4 ans que je subis, sans m’exprimer publiquement, de tels agissements !
Ne pas me respecter c’est ne pas respecter notre démocratie et ses électeurs.
En tant que femme politique désireuse de mener à bien ma mission je ne laisserai plus passer de tels agissements sans réagir.
Je continuerai à être présente à Cap d’Ail et à oeuvrer comme je le fais depuis le début de mon mandat pour soutenir les projets municipaux auprès des services de l’Etat et du Gouvernement afin de m’assurer que la commune puisse bénéficier de subventions comme je l’ai fait notamment pour les travaux de rénovation de l’école André Malraux où comme pour la déclaration de catastrophe naturelle lors du passage de la tempête Adrian.
Pour moi, l’intérêt du territoire et des administrés restera ma priorité et je me refuse à rentrer dans ce système politicien qui éloigne chaque jour un peu plus les citoyens des élus.