Eléments reprenant la position du Gouvernement suite aux annonces de Nicolas Hulot le 7 novembre dernier et à son interview sur BFM TV le 8 novembre.

L’objectif d’abaisser à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité en France à l’horizon 2025 n’est absolument pas réaliste. Il n’a pas été préparé par la précédente majorité. Les scénarios publiés le 7 novembre 2017 par RTE montrent en effet l’impossibilité de parvenir à une réduction de la part du nucléaire en 2025 sans utiliser davantage de centrales à gaz ou au charbon, ce qui augmenterait donc nos émissions de CO2. Or, le plan Climat prévoit en effet de fermer les dernières centrales à charbon françaises à l’horizon 2022. Devant une telle incohérence, il convient d’être guidé par un principe de réalité. Réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité en France demeure certes un objectif, mais il faut prendre le temps de la concertation avant de fixer une échéance réaliste.La lutte contre le changement climatique est l’une des priorités de ce quinquennat.

En revanche, comme le gouvernement s’y était engagé, la centrale de Fessenheim sera bien fermée au moment de la mise en service de l’EPR de Flamanville (vers la fin 2018 selon le calendrier d’EDF).

… ou les focus par thématique :