Ce mois-ci, j’ai décidé de mettre à l’honneur le trophée d’Auguste de la Turbie, monument emblématique de ma circonscription.

Le trophée d’Auguste appelé aussi trophée des Alpes, est un monument romain commémoratif datant du VII/VIème siècle avant JC, qui fut élevé en l’honneur de l’empereur romain Auguste.

Il célèbre la victoire définitive de l’empereur sur 44 tribus qui entravaient le passage des Alpes. 

Mentionnant d’autres peuples rhètes et alpins, le trophée relate en particulier la soumission de 23 à 13 av. J-C des derniers peuples celto-ligures indépendants qui peuplaient les massifs alpins.

Si le trophée n’avait aucune vocation militaire, entre le XII et le XVème siècle, il est devenu une forteresse et les maisons à ses côtés se sont rattachées à ses murs d’enceinte.

En 1705, quand la guerre a repris entre la France et la Savoie, Louis XIV a ordonné la destruction de toutes les forteresses de la région et fit partiellement exploser le trophée. Son site devint alors une grande carrière et ses pierres servirent à construire d’autres édifices tel que l’église Saint-Michel de la Turbie. 

En 1865, les vestiges du trophée furent classés au titre des monuments historiques et dans les années 1930, le trophée fut restauré grâce à Edward TUCK, un philanthrope américain qui passait ses hivers à Monte-Carlo. 

Le trophée d’Auguste est l’un des principaux attraits touristiques de la Turbie. C’est un joyaux de notre territoire qui surplombe la Riviera Française que nous devons continuer à préserver et à mettre en valeur.