Les transports sont essentiels dans notre vie quotidienne : pour se former, aller au travail, se soigner, faire ses courses… Le droit à la mobilité est ainsi au cœur de la promesse républicaine. 

Lors de l’arrivée aux responsabilités de notre majorité, la politique des transports n’était plus adaptée aux réalités de notre pays ni aux besoins et aux attentes de nos concitoyens, notamment ceux les plus éloignés des grandes métropoles. C’est pourquoi nous avons travaillé sur ce sujet dès 2017 et avons lancé les Assises nationales de la mobilité, le projet de loi sur  un nouveau pacte ferroviaire puis, le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

Dans ce cadre, j’ai pu notamment m’engager ou voter :

  • Pour la réforme du système ferroviaire portée en 2018 ;
  • Pour le plan de soutien au secteur ferroviaire de 4,7 milliards au sein de France Relance. L’objectif étant d’offrir une alternative attractive et efficace au transport routier, tant pour les passagers que pour les marchandises, mais aussi de sauver des lignes secondaires essentielles pour le maillage de nos territoires ;
  • Pour la relance des trains de nuit ;
  • Pour la généralisation des arrêts à la demande pour les bus nocturnes ;
  • Pour le développement du fret ferroviaire, dans l’objectif de renforcer la compétitivité du fret ferroviaire face aux autres modes de transport ;
  • Pour le développement du covoiturage comme solution de transport au quotidien avec notamment la création du forfait mobilité durable : jusqu’à 400 euros par an pour aller au travail en covoiturage ou en vélo ;
  • Pour la mise en place de relations rééquilibrées entre chauffeurs VTC, livreurs et plateformes ;
  • Pour l’inscription dans la loi de l’objectif d’une neutralité carbone des transports terrestres d’ici 2050 ;
  • Pour la mise en œuvre d’un Plan vélo inédit avec pour objectif de tripler la part modale du vélo d’ici 2024 (de 3 à 9%) ;
  • Pour la multiplication par 5 d’ici 2022 des points de recharge publics pour les véhicules électriques ;
  • Pour le soutien à l’acquisition des véhicules propres ;
  • Pour la mise en place d’un permis de conduire plus rapide et moins cher ;
  • Pour le développement des véhicules au gaz avec en priorité les poids lourds ;
  • Pour la mise en place d’objectifs de transition du parc automobile professionnel, qui portent sur les flottes publiques, les flottes d’entreprises, et les flottes de taxi et de VTC ;
  • Pour une programmation des investissements pour le transport du quotidien de 13,4 Md€ sur la période 2018-2022, soit une augmentation de 40% par rapport à la période 2013-2017.

Dans la vallée de la Roya, je me suis mobilisée auprès des maires qui ont pris des arrêtés afin de limiter le tonnage des véhicules traversant leur commune. L’objectif était de diminuer la présence des poids lourds italiens qui contournaient, l’autoroute italienne et empruntaient la vallée de la Roya générant des nuisances environnementales ainsi que des problèmes de sécurité et de circulation.

Le Préfet des Alpes-Maritimes ayant fait un recours contre ces mesures administratives, j’ai soutenu les élus locaux et la population, devant le tribunal administratif et j’étais à leurs côtés lors de l’audience qui leur a donnée raison.

Je me suis aussi investie pour la préservation de la ligne Nice-Cunéo, pour laquelle j’ai régulièrement saisi le ministère des Transports ainsi que celui des Affaires étrangères pour m’assurer de sa sauvegarde et de sa remise à niveau.

En contact avec les associations de défense de la ligne, j’ai fait des points fréquents avec la SCNF et les sous-traitants concernant l’avancée des travaux de cette ligne.

J’ai demandé à de multiples reprises la révision de la convention de 1970 liant l’Italie à la France concernant le coût de l’entretien de cette ligne franco-italienne. Nous sommes parvenus à obtenir cette révision qui facilitera à n’en pas douter la pérennisation de notre ligne.

A la suite du passage de la tempête Alex, l’intérêt vital de la ligne s’est encore plus fait ressentir. En effet,  pendant de nombreuses semaines, la ligne a été l’unique voie de communication de la vallée.

Comme je m’y étais engagée lors de ma campagne de 2017, j’ai œuvré auprès des élus, de la population, des associations et aujourd’hui, la ligne est définitivement sauvée.

L’ensemble des travaux de remise aux normes vont être financés par l’État. En effet, 300 Millions d’euros ont été alloués par le Gouvernement Français à la Région Provence-Alpes Côte d’Azur dans le cadre du contrat de relance pour réaliser ces travaux.

Avec les maires de la Roya pour défendre leurs arrêtés anti poids-lourds – Tribunal Administratif de Nice

Pose de la première pierre de la bretelle de Beausoleil – A8 sortie La Turbie

Réouverture de la ligne Nice-Cunéo – Gare de Fontan – Saorge

Réunion circulation vallée des Paillons – Préfecture des Alpes-Maritmes

Dans les Paillons, les problèmes de circulation sont présents depuis de nombreuses années et pèsent sur le quotidien des habitants dont les temps de trajets sont largement allongés au moment du trafic pendulaire de début et fin de journée.

J’ai donc provoqué et participé à de nombreuses tables-rondes, consultations citoyennes, réunions en préfecture des Alpes-Maritimes pour tenter de trouver des solutions de désenclavement envisageables à courts et moyens termes. 

Un projet de désenclavement est actuellement à l’étude entre la communauté de communes du pays des Paillons, la Métropole Nice Côte d’Azur et les différentes institutions concernées. Cela étant, la tâche s’avère longue et complexe tant de paramètres sont à prendre en considération.

Dans le cadre des actions possibles par une députée, je resterai donc vigilante à l’avancement de ce dossier qui est majeur pour notre vallée. 

En parallèle, je soutiens des Maires sur des projets de station essence dans les vallées des Paillon et de la Bevera en sollicitant l’appui de la préfecture des Alpes-Maritimes et assistant à certains rendez-vous entre les élus locaux et les porteurs de projets. 

Au niveau du littoral, saisie par de nombreux élus concernant l’ouverture de la Bretelle Beausoleil/La Turbie de l’autoroute A8, je suis intervenue auprès de la ministre en charge des transports qui m’a indiquée lors d’un rendez-vous du 24 janvier 2018 qu’elle allait débloquer ce projet qui était en sommeil depuis de nombreuses années.

C’est donc avec une certaine satisfaction que j’ai pu assister à la cérémonie de la pose de la première pierre le 13 juillet 2021.

Toujours au niveau de l’autoroute A8 je suis intervenue il y a quelques mois auprès de la Préfecture des Alpes-Maritimes à la suite d’une demande du maire de Gorbio concernant la création d’un accès pour les services d’urgence. Le Préfet des Alpes-Maritimes a validé ce projet en août dernier et invité les élus à se rapprocher de la Direction des infrastructures et des transports afin d’envisager les modalités opérationnelles de cette réalisation.

Pleinement mobilisée pour faciliter la mobilité des habitants de la 4ème circonscription mais également pour limiter les désagréments engendrés par les 45.000 personnes qui se rendent quotidiennement en principauté de Monaco pour travailler, je sais que ce dossier est primordial pour le développement et le mieux-vivre de mon territoire.