Pieds noirs, soldats originaires d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, combattants venus d’Afrique occidentale et équatoriale, ces milliers d’hommes unis par la fraternité d’armes ont servi la France lors de la Seconde Guerre mondiale et ont contribué à mettre fin à l’Occupation dans notre pays, beaucoup d’entre eux, au péril de leurs vies. Parmi ces forces, de nombreux combattants sont morts pour la France.

Le 15 août 2019, le Président de la République lançait un appel à tous les maires de France pour faire en sorte qu’en baptisant des rues, des places et des écoles du nom de ces combattants africains, ces soldats souvent méconnus et oubliés ne demeurent pas des soldats inconnus. De nombreuses municipalités ont déjà répondu à cet appel.

J’ai assisté le 1er juillet dernier, en ma qualité de députée membre de la Commission de la défense et des forces armées, à la remise aux parlementaires du livret « Aux combattants d’Afrique, la France reconnaissante » par Madame la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants, Geneviève Darrieussecq. Ce livret comporte cent fiches biographiques à l’usage des maires pour entreprendre ce travail de mémoire.

Cette question m’étant essentielle, j’ai appelé tous les maires des Alpes-Maritimes à participer à ce mouvement de fraternité mémorielle engagé depuis bientôt un an par le Président de la République et le ministère des Armées et leur ai adressé le livret « Aux combattants d’Afrique, la France reconnaissante ».

J’assure les maires de mon soutien ainsi que de l’aide et de l’accompagnement des services du ministère des Armées dans l’ensemble des démarches qui seront entreprises par les municipalités pour honorer la mémoire de ces combattants originaires du continent africain.