Comment le Gouvernement agit-il pour lutter contre les actes à caractère antisémites ?
 
Face à ce phénomène préoccupant, le Gouvernement agit avec résolution. Pour Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, et Laurent Nunez, secrétaire d’État, « Le ministère de l’intérieur, dont les actions s’inscrivent dans le cadre du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, est pleinement mobilisé ».
  • Outre les actions quotidiennes de prévention et de protection des sites sensibles, en particulier religieux, nous œuvrons activement pour qu’un cadre adapté et un accueil personnalisé soient offerts aux témoins et aux victimes, afin que les infractions de haine soient systématiquement dénoncées.
  • L’action du Ministère de l’Intérieur s’est également adapté au phénomène de la délinquance de haine, dont les vecteurs sont nombreux (menaces écrites, verbales, dans l’espace public, sur internet) et les manifestations diverses (dégradations, violences physiques).
Ainsi :
 
1/ Dans le cadre du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme présenté en 2018 par le Premier ministre, avec notamment :
  • Une lutte déterminée contre la haine sur Internet et les réseaux sociaux : une proposition de loi ambitieuse de la majorité poursuit actuellement son cheminement parlementaire ;
  • Une attention portée aux victimes et à la qualité de la réponse pénale : nos policiers, nos gendarmes et nos magistrats bénéficient d’un effort de formation sans précédent sur la question de l’antisémitisme ;
  • Le Gouvernement ne laisse rien passer : deux groupuscules extrémistes, qui professaient la haine, ont été dissouts en conseil des ministres au cours de l’année écoulée ;
  • Un effort d’éducation et de sensibilisation : une équipe nationale de réaction, au ministère de l’Education nationale, peut être saisie de tout incident en milieu scolaire pour que l’enseignant ne reste pas seul face à une difficulté ; le Gouvernement a doublé son soutien financier au Mémorial de la Shoah.
  • Le soutien financier aux travaux de protection des lieux de culte : 18,5 M€ ont été consacrés à ce soutien depuis 2015 (tous lieux de culte confondus)
  • La plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements (PHAROS), a été renforcée (doublement des effectifs) notamment à travers la cellule « droit de la presse », spécialisée dans la lutte contre les discours de haine et les discriminations.
  • Le Ministre de l’Intérieur a annoncé en décembre la création d’une cellule nationale de lutte contre les crimes de haine chargée de coordonner les investigations sur les actes antisémites. Afin d’appréhender ce phénomène dans sa globalité, la cellule a vocation à centraliser les renseignements, établir d’éventuels recoupements, de participer à la mise en place de stratégies judiciaires et de dynamiser les dispositifs dédiés à la prévention de tels faits.
  • La désignation de policiers et gendarmes référents racisme et antisémitisme (police nationale) ou référent égalité et diversité (gendarmerie nationale), afin d’améliorer la prise en charge des victimes.
 
2/ Dans le cadre des travaux en cours afin d’améliorer l’orientation des victimes et leur prise en charge avec :
  • La future plainte en ligne (consacrée par la loi de programmation et de réforme pour la justice de mars 2019 mais qui nécessite des développements notamment techniques).
  • Le portail des violences sexuelles et sexistes (PVSS) a vocation à monter en puissance dès l’été 2020 afin d’offrir aux victimes de discriminations, d’injures racistes et antisémites la possibilité d’échanger en direct et en ligne avec des enquêteurs qui les orienteront utilement pour le recueil de leur plainte et le cas échéant, vers des associations d’aide aux victimes.